Après Boubacar Keïta la semaine dernière, c’est au tour de Madani Sissoko, ami de longue date d’Angoulême, et ancien conseiller municipal en charge des jumelages et de la coopération, de nous donner des nouvelles de Ségou :

Au 13 avril, nous comptabilisons 123 cas confirmés de contamination au Covid-19, dont 10 décès et 26 guérisons. Il n’y a pour l’instant pas de cas connu à Ségou.

Des mesures de distanciation sociale et d’hygiène ont été mises en place pour limiter la propagation du virus : il est recommandé de rester chez soi, se laver régulièrement les mains au savon, éviter les regroupements familiaux et autres. La ville est vraiment paralysée : pas de travail, pas d’argent, et chez nous les gens vivent au jour le jour.

De plus, les élections législatives sont maintenues (le 1er tour a eu lieu le 29 mars et le 2nd aura lieu le 19 avril), mais on ne sent pas un intérêt de la part de la population (le taux de participation était de 36% au 1er tour). Tout ceci dans un contexte sécuritaire tendu : le chef de l’opposition parlementaire Soumaïla Cissé a disparu depuis le 25 mars dans la région de Tombouctou, où il faisait campagne. Il aurait été enlevé par un groupe jihadiste, et est à ce jour toujours recherché.

Les réseaux de solidarité locale peinent à émerger, car l’ensemble de la population est confronté aux mêmes problèmes. Le gouvernement a lancé des initiatives de solidarité, mais pour l’instant elles ne sont pas concrètes pour la population.

La photo envoyée par Madani nous montre une ville inhabituellement vide, à 9h du matin.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn