Andreea Oarga Mateş est enseignante de français au collège Teodor Murăşanu, elle dirige un échange avec une classe du collège Pierre Bodet à Angoulême, et c’est également elle qui rend possibles les co-productions théâtrales entre jeunes français et jeunes roumains, en dispensant des cours de théâtre au sein de son collège, et en organisant, depuis 2017, les départs et les accueils dans le cadre de ce projet. En 2020, un groupe de jeunes de la MJC de la Grande Garenne devait partir, sur invitation de la mairie de Turda, pour une série de représentations de différentes villes jumelées, à l’occasion de la Fête de l’Europe. Cet évènement prévu pour le 9 mai a dû être annulé à cause de la situation sanitaire.

Andreea nous donne quelques nouvelles de sa ville :

« En ce qui me concerne, tout va bien.  Heureusement, ni ma famille, ni mes collègues, ni les élèves de mon école ne sont malades. En Roumanie, les écoles sont fermées depuis le 11 mars. C’était la première mesure de prévention prise par le gouvernement roumain. A ce moment-là beaucoup de personnes qui travaillaient en Italie et en Espagne sont revenues dans le pays par peur d’attraper le coronavirus et l’on craignait que parmi eux il y ait aussi des parents des élèves. Les données statistiques attestent que la situation en Roumanie n’est pas aussi grave qu’en Italie, qu’en Espagne ou qu’en France, mais les médecins préviennent que l’épidémie n’en est qu’à son début. Jusqu’à présent en Roumanie il y a 2260 cas confirmés et 85 morts [au 1er avril] mais la situation s’aggrave de jour en jour et le virus continue de se propager dans tout le pays. Nous sommes en pleine crise sanitaire comme tout le monde : le service de réanimation est débordé, manque de matériel, de personnel, des médecins et infirmiers obligés de lutter contre le virus sans être suffisamment bien équipés et protégés démissionnent ou menacent de le faire.

En ce qui concerne la situation à Turda, malheureusement je me trouve dans l’impossibilité de vous fournir des détails [Andreea réside à Cluj-Napoca, à 30 minutes de Turda]. Je sais que la population est confinée depuis la semaine passée comme dans tout le reste du pays.

Les mesures prises au niveau national pour gérer et prévenir la propagation de l’infection au COVID-19 sont strictes.  Les personnes âgées de plus de 65 ans ont le droit de sortir de chez eux uniquement dans la journée, de 11h à 13h, pour faire des courses, pour recevoir de l’assistance médicale, pour assurer la garde d’enfants ou l’assistance d’autres personnes âgées ou bien pour le décès d’un membre de la famille. Quant aux autres personnes, il y a des restrictions de déplacement. Y font exception les situations suivantes : le déplacement professionnel, le déplacement pour se procurer des produits de première nécessité pour les personnes et les animaux de compagnie ou d’élevage, toute sortie pour des raisons de santé, d’assistance médicale impossible à reporter ou à recevoir en ligne ou tout déplacement pour un motif justifié, tel la garde d’enfants ou l’assistance des personnes vulnérables, les déplacements à but humanitaire ou de bénévolat. Pour prouver le motif du déplacement, les gens qui auront besoin de se déplacer devront présenter aux forces de l’ordre leur carte d’identité, la carte professionnelle et un justificatif de déplacement fourni par l’employeur ou bien une déclaration sur sa propre responsabilité pour les déplacements personnels. Ceux qui ne respectent pas les conditions d’isolement prises pour prévenir la propagation du coronavirus risquent des amendes ou un dossier pénal pour fausses déclarations.

Le gouvernement roumain a adopté de nouvelles mesures financières pour surmonter la crise. Dans le contexte de l’actuelle pandémie de coronavirus, de plus en plus de personnes se voient dans la situation de suspendre temporairement les contrats de travail. Pour les protéger, le gouvernement a pris la décision que toutes ces personnes continuent à toucher, pendant l’état d’urgence, 75% de leurs revenus, grâce au fonds de compensation de l’assurance-chômage. Celui-ci a adopté aussi une ordonnance d’urgence qui permet aux débiteurs, personnes physiques ou morales, de reporter jusqu’à la fin de l’année les mensualités de remboursement aux banques, si leurs revenus ont été fortement touchés par la pandémie.

A présent, je continue à travailler de la maison.  J’envoie aux élèves des fiches de travail et ensuite je les corrige. Je discute presque tous les jours avec les élèves de ma classe et leurs parents sur WhatsApp. J’attends la plateforme de l’école pour donner des cours à distance. La semaine passée j’ai eu des cours de formation en ligne pour apprendre à travailler sur différentes plateformes. Je m’interroge comment ça va se passer pour les élèves qui n’ont pas accès à Internet. Les élèves de ma classe adorent l’école à distance parce qu’ils ne sont pas notés et les fiches de travail ne sont pas obligatoires. 🙂

Personne ne s’attendait à une épidémie de cette ampleur et tout le monde essaie de faire de son mieux.  J’essaie d’être optimiste et je respecte le confinement. Je quitte la maison très rarement et seulement pour faire les courses nécessaires. Je n’ai pas de masque parce qu’il y a une crise de masques dans tout le pays et j’utilise un foulard pour me couvrir le nez et la bouche. Je pense beaucoup ces jours-là à ma famille…

Il y a beaucoup de solidarité entre les citoyens. Malgré l’épidémie, le virus a réussi à rendre les gens solidaires. Pour faire face à la crise sanitaire beaucoup d’associations de la ville de Cluj-Napoca ont fait des dons de sommes d’argent aux hôpitaux. Un exemple est le cas de l’association Beard Brothers qui a réussi, à l’aide des entreprises locales, à acheter du matériel médical pour deux hôpitaux de Cluj-Napoca. D’autres entreprises locales ont arrêté leur activité habituelle pour produire des masques. On a organisé des actions humanitaires, comme par exemple « Prețuiește viața » (Prends soin de ta vie) qui a récolté plus de 440.000 euros et a acheté des produits pour des besoins médicaux. L’association « Vă ajutăm » (On vous aide) de Cluj-Napoca recrute des volontaires pour acheter des aliments aux personnes âgées. Certains restaurants de la ville fournissent des repas au personnel médical de l’Hôpital des Maladies Infectieuses de Cluj-Napoca.  Et la liste peut continuer. La Corée de Sud a envoyé à Bucarest le 25 mars 45 tonnes d’équipement médical.

En ce qui concerne la situation en France, je regrette beaucoup la mort de tant de personnes. J’apprécie les efforts de tous les médecins et infirmiers du monde entier. J’ai appris qu’il y a des médecins français qui ont perdu la vie dans ce combat extrêmement difficile avec le virus et ça c’est vraiment très triste. Je suis étonnée par la mobilisation du gouvernement français. J’ai vu sur Internet qu’un train médicalisé transporte des personnes atteintes par le coronavirus dans les zones moins affectées.

J’espère que tous nos amis français et leurs familles sont en bonne santé. Prenez soin de vous !

Amicalement,

Andreea »

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn